NOS ACTUS

Prime Time pour la Lyre sur Fran...

C'est avec un grand plaisir que nous avons accepté l’invitation de France 3 à participer à sa nouvelle émission axée sur le thème de la transmission et de l'artisanat. Diffusée sur la chaîne nationale à 20h50, cette émission à permis de parler de la Lyre devant près...

lire plus

Le Printemps de la Lyre

"Rencontre entre Alan Stivell et les luthiers de l'Atelier Skald Julian Cuvilliez et Audrey Lecorgne lors de l'émission France Bleu intitulée le Printemps de la Lyre. Durant cette émission, Alan Stivell nous racontera les premières heures de la renaissance de la Harpe...

lire plus

Renaissance de la Lyre Gauloise?

Lyre gauloise Les premiers pas vers une renaissance ? (Par : Caroline Le Marquer -DASTUM) « Luthiers-chercheurs en archéo-musicologie» : Julian Cuvilliez et Audrey Lecorgne ont créé il y a une dizaine d’années l’atelier Skald, spécialisé dans la facture de lyres...

lire plus

Festival Plinn. Un stage de Lyre

 Festival Plinn. Un stage de lyre Julian Cuviliez à la fête médiévale de Dinan, en compagnie du Musée Itinérant. Pour la quatrième année consécutive, le luthier de Kerpert, Julian Cuvilliez, rendra visite au Festival Plinn pour un stage de lyre, le 11 août. Quoi de...

lire plus

Un trésor historique breton numé...

Un trésor d'histoire breton numérisé en 3D 10/03/2018   Une stèle bretonne inestimable a été numérisée en 3D. Une technologie qui permet de révéler des secrets vieux de 2000 ans. Audrey Lecorgne et Julian Cuvilliez sont des chercheurs un peu spéciaux. Leur spécialité?...

lire plus

Renaissance de la Lyre Gauloise?

Lyre gauloise Les premiers pas vers une renaissance ? (Par : Caroline Le Marquer -DASTUM) « Luthiers-chercheurs en archéo-musicologie» : Julian Cuvilliez et Audrey Lecorgne ont créé il y a une dizaine d’années l’atelier Skald, spécialisé dans la facture de lyres...

lire plus

Un trésor historique breton numé...

Un trésor d'histoire breton numérisé en 3D 10/03/2018   Une stèle bretonne inestimable a été numérisée en 3D. Une technologie qui permet de révéler des secrets vieux de 2000 ans. Audrey Lecorgne et Julian Cuvilliez sont des chercheurs un peu spéciaux. Leur spécialité?...

lire plus

Festival Plinn. Un stage de Lyre

 Festival Plinn. Un stage de lyre Julian Cuviliez à la fête médiévale de Dinan, en compagnie du Musée Itinérant. Pour la quatrième année consécutive, le luthier de Kerpert, Julian Cuvilliez, rendra visite au Festival Plinn pour un stage de lyre, le 11 août. Quoi de...

lire plus

Prime Time pour la Lyre sur Fran...

C'est avec un grand plaisir que nous avons accepté l’invitation de France 3 à participer à sa nouvelle émission axée sur le thème de la transmission et de l'artisanat. Diffusée sur la chaîne nationale à 20h50, cette émission à permis de parler de la Lyre devant près...

lire plus

Le Printemps de la Lyre

"Rencontre entre Alan Stivell et les luthiers de l'Atelier Skald Julian Cuvilliez et Audrey Lecorgne lors de l'émission France Bleu intitulée le Printemps de la Lyre. Durant cette émission, Alan Stivell nous racontera les premières heures de la renaissance de la Harpe...

lire plus

Renaissance de la Lyre Gauloise?

Lyre gauloise Les premiers pas vers une renaissance ? (Par : Caroline Le Marquer -DASTUM) « Luthiers-chercheurs en archéo-musicologie» : Julian Cuvilliez et Audrey Lecorgne ont créé il y a une dizaine d’années l’atelier Skald, spécialisé dans la facture de lyres...

lire plus
Aucun résultat

Nous n'avons pas d'article correspondant à ces critères

Essayez une recherche plus large

Lyre d’Oberflacht

 

Fouillée pour la première fois en 1846, puis à plusieurs reprises jusqu’à l’exploitation complète du site en 1934, la nécropole d’Oberflacht, avec ses quelques 300 sépultures, a révélé ainsi toute une série de constructions et d’objets en bois dont le nombre et la variété n’ont pas encore été égalés. Parmi ces découvertes, deux lyres provenant des tombes les plus riches de la nécropole, instruments dont il ne reste aujourd’hui aucune trace suite à l’assaut d’un tank Russe qui durant la seconde guerre mondiale, détruisit l’aile du musée de Berlin qui conservait les précieux artéfacts.

Afin de restituer au mieux cet instrument, nous nous sommes basé sur les croquis et les relevés de l’archéologue qui à assuré le chantier de ces sépultures ainsi que sur une étude palynologique menée dans les tourbières environnent le Würtemberg afin d’inventorier, par la présence des pollens qu’ont révélé les carottages, les arbres présents sur le territoire à l’époque du VIème siècle.

 

Par la suite, nous avons reforgé une trousse d’outils basée sur des pièces (Gouges, Ciseaux, Wastringue, couteau, etc…) provenant de différents site archéologique contemporains à la Lyre découverte à Oberflacht.

Suivant avec rigueur le protocole d’Archéologie Expérimentale du P.R.I.A.E (exposé en conférence à l’Auditorium du Musée d’Archéologie Nationale de Saint Germain en Laye en 2015 à l’occasion de l’exposition -L’Austrasie, le royaume mérovingien oublié) nous avons procédé à une mise en condition tenant compte des matériaux, de l’outillage mais aussi des vêtements à disposition au VIIème siècle afin de rendre l’expérience la plus authentique en fonction des données à dispositions.

 

 

 

Conférence à l’Auditorium du Musée d’Archéologie Nationale introduite par son Directeur, Mr Hilaire Multon

Stèle Gauloise Lyre Gallic Lyre

THE GALLIC LYRE

Our work of restitution of the Gaulish lyre is organized around several points.

The Gallic bust of the bard to the lyre

Found in the Côtes d'Armor and dated to the 1st century BC, this sculpture in the roundbump figure a character likely belonging both to the aristocratic and priestly class and wearing the torque, a cap and an instrument. This sculpture made in the Méthahorblendythe is the most precise and the most remarkable representation of the Gallic lyre ever updated.

This will be followed by a detailed study led by Dr. Tinaïg de Clodoré Tissot and a first reconstitution that will pave the way.

In 2015, the Atelier Skald archaeologists and luthiers founded the PRIAE (Research and Interpretation Center in Experimental Archeology) bringing together several international researchers to further the study of this statuary and Gallic lyre, thanks in particular to advanced technologies such as 3D scanning (see article archeologia n ° 523- clickable). Conducted in collaboration with the Rennes Regional Archeology Department (35), this 3D scanning and photogrammetry mission will produce an unprecedented document whose precision will shed new light on this millenary heritage and on which appears the oldest instrument found. on the territory of Brittany. | below, a preview via 3D animation (low definition and without texture) .

 

Lyre Gauloise Numérisation stèle Julian Cuvilliez Audrey Lecorgne Archéo Luthiers

Audrey Lecorgne and Julian Cuvilliez, archaeo-Luthiers of the Atelier Skald working on the bust.

                                                  3D animation-try me!

 

 The representations

There are few representations of the instrument and often it is in the symbolism that we find it placed under the gaze of the artist, usually in an expressionist style leaving little track as to the real nature of the instrument, its proportions or even its characteristics. However, over the last few years, we have gathered a large body of information, especially on the Gaulish numismatics on which there are many Lyres that we have committed to inventorate and study.

Quotes

The Gallic peoples using little writing, it is no wonder that no mention of the lyre emitted by his own people had yet been discovered. However, several mentions confirm his practice in Greek and Latin texts.

Especially :

"There are lyrical poets among them, whom they call" bards ". These, with instruments
similar to lyres, evoke those whom they praise as well as those whom they mock.
"(Diodorus of Sicily, Historical Library, V, 31, 2)
V, 31, 2)

 

EXPERIMENTAL ARCHAEOLOGY

After identifying possible materials thanks in particular to Palynology. After forging the tools of artisanal wood practice in the iron age.

It is a question of getting in the condition in order to experiment. The different results of this work, depending on their relevance, guide our choices about the instruments we make. The continuing practice of this experimental work allows us to propose instruments as close as possible to the historical reality, benefiting from the latest fruits of the research.

 

BUT WHAT IS THE CONDITION OF THE BARD?

In all likelihood, like the Greek bard, the North skald or the African Grillo, the armorican Bard is deeply linked to the principle of preserving the memory of its people and its transmission.

Many ancient writers evoke his function, with sometimes a more than questionable bias and that it is a question of interpreting, but these narratives remain nevertheless precious testimonies, almost always placing the Bards alongside important characters, aristocrats, sometimes even Kings.

So far away from the romantic imagery that we have depicted some authors of the last century describing us good people going from here, from the, begging the gite and the canopy against some entertainments; well away from satirical and not less sympathetic Assurancetourix, valiant Ambassador of the lyre offered to us Gossiny and Uderzzo and thanks to whom all children, or almost, (young and old) know the lyre: the Bard seems to be of high lineage and the pomp of the worldly society of Celtic antiquity seem to be his daily. His charge is closely linked to the conservation of the popular, traditional and spiritual memory that he preserves and propagates through music and orality. We still do not know much about the status of the Bard, based mainly on our island cousins from Ireland and England in which the data seem to be in greater numbers, but archaeology enlightens us every day a little more about this fascinating people.

 

The Gallic lyre today?

In 2015, a first research cycle was hailed by the Brittany region, which therefore granted the official recognition of the instrument (voir article DASTUM) by ordering several copies of the Atelier Skald and by missioning Julian Cuvilliez to design a pedagogy in order to open the first experimental class in music school.

In 2017, after two years of teaching and in the face of an important demand, the Atelier Skald founded the lyre Academy which today offers weekly courses in several antennae in Brittany.

 

In 2017, Julian launches the Group ar Bard who will sign the return of the Gaulish lyre on the current stage (see FR3, the Parisian-clickable) a first album titled "AREMORICA, men of the Kings and gods" launched on FR3 is warmly welcomed by the public and will follow an international concert tour.

 

 

Cet instrument est une création originale de l’Atelier Skald inspirée de la Légende d’Ossian le barde.

Harp-Lyre Gaëlia

 Auffret Lyre Atelier SkaldL’année 2014 commence fort pour les deux luthiers qui viennent de signer la sortie d’un tout nouvel instrument proposant la rencontre de la Harpe et de la Lyre. Cette création inédite n’est pas passée inaperçu dans la presse nationale (Keltia Magazine, Ouest France national en quatrième de couverture). Réalisée en amarante, disposant d’un système électro-acoustique spécialement mis au point, cet instrument hors norme fut serti d’argent et de pierreries par l’atelier Grain de Dryade. Une présentation fut faite lors d’une soirée évènement précédée par une cérémonie onirique dirigée par le conteur Ozégan et qui consista à baptiser l’instrument. S’en suivit un concert/spectacle unique devant un public chaleureux et au son de la Harpe/Lyre jouée par sa Marraine Anne Auffret accompagnant le Parrain Patrik Ewen, et ses fameux Récits Barbares.

Patrik Ewen Lyre Atelier Skald

 

Lyre alemanique de trossingen VIème Siècle Atelier Skald

La Lyre Alamanique de Trossingen

Cet instrument fut retrouvée au sud de l’Allemagne dans une sépulture de guerrier datant de l’ère Mérovingienne (VIème Siècle). Le cordophone, remarquablement conservé grâce à des conditions hygrométriques exceptionnelles, dispose d’un corps monoxyle en érable recouvert de gravures et de références spirituelles. Réalisées au couteau avec des inclusions de pigment, ces gravures présentent plusieurs entrelacs sur les bras ainsi que deux groupes de guerrier se faisant face sur la table d’harmonie.

Très tôt dans son parcours, L’Atelier Skald étudia cet instrument réalisant plusieurs propositions de restitutions construites avec les outils de l’époque mérovingienne. Par delà ce travail consacré à la nature historique de l’instrument, l’Atelier Skald crée la collection Néo et met au point la première électro lyre de Trossingen qui rencontrera un franc succès auprès des groupes de Rock et de Métal.

Depuis 2016, l’expertise du couple de luthiers sur les instruments mérovingiens (notamment la Lyre de Trossingen, d’Oberflacht et et de Cologne) est sollicité en conférences et en expositions dans de nombreux musées : Musée d’Archéologie Nationale de St Germain en laye, Musée de St Dizier ou encore au musée de Constance où Julian et Audrey ont dernièrement présenté leurs travaux menés au sein du PRIAE à Barbara Theune-Grosskopf.

Barbara Theune Lyre Trossingen Alamanen Leire Constance Julian Cuvilliez Audrey Lecorgne

 

Lyre de Sutton Hoo

Tout commence en mai 1938, lorsque l’archéologue Basile Brown répond à l’appel de Edith May Pretty, qui affirme que se trouvent sur ses terres de nombreuses sépultures dont la présence lui auraient été révélée par de mystérieux rêves…

Basile Brown, après un rapide diagnostic identifie effectivement la présence de plusieurs tertres du Haut-Moyen âge, mais dont la plupart ont été saccagés par des pillards de tombes.

C’est en 1939 que Basile Brown s’intéresse de plus près au Tertre 1 que, Miss Pretty l’invitait pourtant avec insistance à explorer en priorité depuis le début des travaux.

Très vite, Basile se rend compte que non seulement le tertre demeure inviolé mais de plus, qu’il s’agit là d’une importante découverte.

Il s’agira d’une sépulture à bateau appartenant certainement à un haut personnage de la noblesse Saxonne, peut être même la tombe perdue du Roi Raedwald d’East Anglia mort en 624 et qui, selon les Chroniques Ecclésiastiques de Grande Bretagne écrites par Bède le Vénérable, fut l’un des sept souverains à avoir exercé l’Imperium sur les autres royaumes saxons et disposant du titre de Bretwalda ou « souverain de Bretagne ».

 

Basile Brown -Archéologue- 1939 -Tertre 1

Au cœur de ce landskip funéraire de 28 mètres de long furent mis au jour de nombreux objet prestigieux suggérant l’importance du personnage inhumé, parmi lesquels : un remarquable casque à facial serti d’or et de grenats et présentant des figurations païennes, plusieurs armes ainsi que de nombreux objets en or mais enfin et surtout, les restes d’une lyre en érable ornementée d’appliques en or fin représentant des volatiles, le tout, vraisemblablement entreposé dans un sac en peau de castor dont l’assaut du temps n’aura laissé que quelques poils.

Une étude comparative des représentations présentant la lyre sur le territoire de Grande Bretagne (entre autres dans le registre pictural et iconographique entre le VIIème et le IXème siècles) a permis de mettre en lumière certains éléments que la découverte de Sutton Hoo laissait dans l’ombre, notamment sur certains aspects techniques propres à la fabrication mais surtout, sur la place et la fonction de cet instrument dans la société saxonne ou encore, sur les techniques de jeu…

 

le Psautier de Cantorbery

Ci-contre, le Psautier de Cantorbery, dit Vespasien, conservé à la British Library de Londres. Sur cette remarquable enluminure datée entre 725 et 750, on peut voir le Roi David, entouré de musiciens et de danseurs ainsi que deux scribes qui semblent écrire la mélodie à mesure que le Roi joue de son instrument.

Cette Lyre, dont la forme rappelle en tout point l’instrument retrouvé à Sutton Hoo, est nommée dans les textes « Rotta Britania » ou parfois « Harpe Ronde ».

Placée entre les mains du Roi David, la lyre suggère un registre sacré. La main gauche semble pratiquer des accords par étouffement tandis que la main droite, grâce à un plectre tenu entre l’index et le pouce, opère visiblement un jeu de type gratté. (bien que rien ne nous interdise d’envisager également un jeu de type pincé semblable à la Harpe.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lyre Tivale

Cet instrument est l’une des premières création originale de l’Atelier Skald proposant une interprétation instrumentale de l’œuvre de Waterhouse -La Sirène-

– A Mermaid – John William Waterhouse, 1901

Lyre de Kravik Atelier SkaldLyre de Kravik

 

C’est au XIXème siècle que cet instrument sera découvert, non pas dans une sépulture royale ou de guerrier comme pour la plupart des autres lyres du Moyen Âge, mais suspendu dans une grange de Numedal en Norvège.

Daté du XIVème siècle, l’instrument semble avoir ainsi traversé les âges enpassant de main en main, et présente de nombreuses réparations et améliorations qu’il semble avoir subit avant d’avoir été vraisemblablement oublié là.

Les bras et le joug sont très ouvragés et présentent des ornementations d’une grande finesse réalisées au couteau.

Ne subsiste que le corps de l’instrument réalisé de façon monoxyle et en sapin.

Hélas, la table d’harmonie, les chevilles, le chevalet ou encore le cordier n’ont pas été retrouvés. L’instrument présente une perce sur le coté suggérant probablement l’emplacement d’une sangle afin de la porter en condition de jeu ou le transport.

 

Lyre de Kravik Lyre Viking viking instrument nordic lyre

Oops, il n’y a rien ici…

Psaltérion en écu puivert atelier skaldPsaltérion en écu de Puivert

Trois années de recherches, d’études et d’expérimentations touchent à leur fin et redonnent vie à la pierre du château de Puivert après 700 ans de silence…
Nous sommes fiers de vous présenter le Psaltérion en écu (XIVème siècle).

Cette remarquable représentation trônant sur un chapiteau à près de trois mètres de hauteur dans la salle des musiciens du château de Puivert fut longtemps considérée, de par sa rareté, comme étant une représentation symbolique. Après trois ans de travaux et de recherches, les Luthiers de l’Atelier Skald ont mi en lumière de par l’Europe, d’autres représentations de cet énigmatique instrument permettant ainsi de démontrer sa dimension réelle et instrumentale et d’autre part, de disposer de suffisamment d’informations entre les différents sujets afin de pouvoir proposer une reconstitution pertinente de ce psaltérion.

Ces travaux ont notamment permis aux deux luthiers de réaliser un mémoire adapté en un ouvrage retraçant leurs recherches et détaillant leurs résultats. Un ouvrage préfacé par Gisèle Clément -Docteur en musicologie, enseignant-chercheur à l’université Paul Valéry Montpellier III.

Lyre Franque de Cologne EN

Lyre de Cologne Atelier Skald

Datés du VIIème siècle, les restes de cet instrument furent découverts dans la chapelle de St Sévrin de Cologne.

L’étude xylologique a révélé que l’instrument été réalisé dans de l’érable. Doté de six perces dans le joug témoignant de l’emplacement de six chevilles dont l’écartement suggère la possibilité d’un jeu en pincé, mais aussi en gratté comme pour ses cousines retrouvées à Oberflacht et à Trossingen.

Hélas, les restes de l’instrument, à l’instar de la lyre d’Oberflacht, furent détruits lors des bombardements de Cologne au cours de la seconde guerre mondiale ne laissant aujourd’hui que quelques photos, croquis et bien-sûr le rapport archéologique.

Cet instrument incorpora un programme de reconstitution dirigé pas les archéo-luthiers de l’Atelier Skald. Sélectionnant et reconstituant un outillage lié à l’artisanat du bois retrouvés sur différents sites archéologiques contemporains de la période de la Lyre de Cologne, tels que la nécropole du Wurtunberg ou encore St Dizier, les luthiers de l’Atelier Skald mettent en application le protocole d’archéologie expérimentale afin de restituer l’instrument au plus près des matériaux, des conditions, des outils et des techniques à disposition à l’époque du VIIème siècle.

Les résultats de ces expérimentations seront présenté en conférence à l’auditorium du Musée d’Archéologie Nationale en 2017.

Lyre Franque de Cologne Atelier Skald Frankish Lyre Alamanen Leire Köln

 Mais quelle est la condition du Skald?

Le mot Skald, dont l’étymologie provient du proto-germain Skalli pouvant se traduir par « parole » ou « chant » servait à définir dans l’ensemble de la culture germanico-scandinave  la fonction de celui qui, un peu à la manière du barde ou de l’aède, chantait la louange des rois, les exploits guerriers ou encore la gloire des dieux dans d’épiques poèmes.

La fonction de celui qui fabriquait les instruments reste encore très hypothétique, beaucoup de zones d’ombre demeurent sur ce sujet pourtant d’importance puisqu’il touche à ce que tout homme de pouvoir convoite depuis l’aube des âges : le Média de masse! En effet, dès l’antiquité, les auteurs grecs et latins nous parlent du pouvoir qu’exercent les musiciens, immortalisant pour les siècles et les siècles dans de sublimes poèmes et chansons ceux pour qui ils chantent la louange ou qu’ils raillent dans leurs satires! On peut aisément imaginer que dans ces sociétés portant le principe de l’oralité en haute estime comme en témoigne le système de conservation et de transmission de la connaissance et de la mémoire de leur peuple, le chanteur, le musicien et même l’artiste au sens large du terme, occupent une place centrale, voire même sacrée.

 

Oops, il n’y a rien ici…